Date de l'événement
lun 14 Mars 2016 - 12:00
Organisateur
MICM-arc Culture, Mobilité, Territoire
Lieu
Maison des Arts J56.2.205 Salle de Réception
Avenue Jeanne, 56
1050 Bruxelles
Belgique
En savoir plus
Inscription
cpelgrim@ulb.ac.be
Partager

Carole Lanoix Cartographier le temps

Mettre la carte en mouvements MICM-arc – « autour d’une recherche… » #4

Ce premier séminaire public de l'année 2016 nous donnera l'occasion de découvrir la recherche de Carole Lanoix à travers une présentation intitulée "Cartographier le temps. Mettre la carte en mouvements." Architecte-urbaniste de formation, elle s’oriente rapidement vers l’anthropologie urbaine et la géographie culturelle lors de sa formation à la recherche à l’EHESS.

Actuellement accueillie pour une année de mobilité internationale en tant que chercheur-visiteur au laboratoire LoUIsE du centre CLARA de la Faculté d’Architecture de l’ULB, elle finalise sa thèse sur la cartographie de l’espace public par la marche, dirigée par le géographe Jacques Lévy au sein du laboratoire Chôros de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne: « Penser (par) la carte. L’espace public et la marche à Mumbai (Inde) et Tokyo (Japon) ».

Comme le veut la coutume, puisque la séance a lieu à midi, nous discuterons après la présentation autour d'un lunch léger et de quelques rafraîchissements. 

Carole Lanoix, "Cartographier le temps. Mettre la carte en mouvements. "
Comment représenter le temps en cartographie ? En (ré)interrogeant la production d’atlas comme objet de savoir, nous faisons l’hypothèse que l’atlas – entendu à la façon d’Aby Warburg – peut être le dispositif idoine pour interroger la production du temps dans l’histoire de la cartographie et ainsi devenir une ressource, en créant un espace de commensurabilité pour les œuvres qui ne se « connaissent » pas, pour penser la carte autrement et mettre la carte en mouvements.
La planche Récit, proposée à l’étude, offre un espace de connaissance et permet d’énoncer des avancées dans le domaine des représentations cartographiques de l’espace et du temps. Ces enseignements seront mis en pratique dans une proposition cartographique inédite, nommée chorographie, privilégiant le chôros au topos d’usage pour représenter qualitativement l’espace des sociétés dans un espace-temps donné, un espacement, un laps de temps.
La traversée emblématique de Shibuya à Tokyo – invraisemblable « one minute public space » – nous servira d’exemple pour comprendre par la carte comment les questions de mobilité sont aussi des questions d’urbanité, et contribuent à la fabrication de l’identité métropolitaine à l’échelle Monde.

Inscription souhaitée via cpelgrim@ulb.ac.be avant le 10 mars