Message d'état

ven 13 Mai  2016
Date de l'événement
ven 18 Mars 2016 > ven 13 Mai 2016
Organisateur
Ariane D'Hoop et François Thoreau
Lieu
ULB Campus Flagey
Rue du Belvédère,21
1050 Bruxelles
Belgique
Partager

William James

Séminaire P3G 2016

De quoi William James est-il le nom? Ils n’y succombaient pas tous mais tous étaient frappés. On ne reste pas indifférent à William James. De tous les penseurs pragmatistes, c’est celui qui suscite pour nous les désirs les plus vifs, l’envie d’en découdre.

Nous entamerons les textes avec 3 leçons issues de Le pragmatisme, comme entrée en matière : une première sur le terme « pragmatisme », une autre sur les choix métaphysique (monisme/pluralisme) qu’il engage, et une troisième sur la vérité.

Ensuite nous poursuivrons avec La volonté de croire, le premier chapitre sur la croyance dans la conception de la vérité, ensuite celui sur le questionnement sur la rationalité abstraite vs pratique, celui sur l’in/ déterminisme pour une rationalité morale, et finir avec le chapitre sur “la vie morale”.

Ces textes-là seraient présentés en séance, mais étant donné qu’on suit leur ordre dans les deux ouvrages, il est conseillé de lire les chapitres précédents/ connexes aux leçons/chapitres présentés, histoire de situer l’avancement de son propos, d’avoir traversé les ouvrages, et surtout de pouvoir s’appuyer dessus au besoin.

Pour les présentations de texte, l’idée est d’amener ce qu’il y a dans le texte, brièvement, puis de le traverser avec ce qui semble intéressant, génial, difficile, obscur, etc. (durée: environ 1h), puis de le mettre en rapport avec un objet (durée: environ 1h également). Pour les objets, c’est très ouvert à nos enquêtes, nos recherches, un sujet qui nous intéresse, un article, film, etc. bref quoi que ce soit d’une « situation » qui met la pensée au travail avec le texte présenté.

Vendredi 22 janvier 2016, après midi

Nos protagonistes se retrouvent dans une cafétéria. Ils évoquent les temps passés et discutent leur prochain coup.

Vendredi 19 février 2016

AM (10h - 12h30), François Thoreau de l’ULg entame les hostilités avec la première question à se poser : “Qu’entend-ton par pragmatisme?” (Le pragmatisme, 111-140). Kim Hendrickx de la KUL lui donne la réplique en amorçant la discussion avec un objet désarçonnant.

PM (14h - 16h30) Fort de son élan, Kim poursuit avec “L’un et le multiple” (Le pragmatisme, 171-198). Le coup porté est rude mais François hasarde un objet détonnant à son tour, qui confond l’ensemble des participants.

Vendredi 18 mars 2016

AM Gert Meyers de la KUL, dit Gert l’orthodoxe, tire la “Conception pragmatiste de la vérité” (Le pragmatisme, 223-253). Ariane d’Hoop de l’ULB et d’Amsterdam se défend avec vigueur avec un objet percutant comme seule une liaison par-delà l’Escaut peut en produire.

PM Ariane rétorque avec “La volonté de croire” (La volonté de croire, 39- 64).

Choisir le chapitre qui a donné son titre au recueil, c’était bien vu, mais Gert ne s’en laisse pas compter et dégaine un objet cinglant.

Vendredi 15 avril 2016

AM Fort de sa tendresse proverbiale pour le positivisme, Jérémy Grosman de l’UNamur s’attaque à ce morceau: “Le sentiment de rationalité” (La volonté de croire, 91-129). Elsa Maury, de l’ERG/ULg et du FNRS,vacille mais ne tremble pas lorsqu’elle réplique avec son objet étourdissant.

PM Retournement de situation. Les douze coups de l’horloge ayant sonné, Elsa plonge l’assemblée dans des affres perplexes, avec “Le dilemme du déterminisme”

(La volonté de croire, 159-189). Jérémy tente avec habilité de déjouer le piège tendu par ce dilemme, grâce à un objet abasourdissant.

Vendredi 13 mai 2016

AM Pauline Lefebvre de l’ULB et du FNRS livre sa profession de foi à travers “Les moralistes et la vie morale” (La volonté de croire, 191-215). Ce qu’il se produit ensuite est totalement surprenant (… il faudra être là et le voir pour y croire!).

PM Le collectif, épuisé mais heureux, fort de celles et ceux qui s’y sont greffés en chemin, chargés de tous ces objets stupéfiants, tâche de renouer avec le prochain mouvement. Il revient sur les expériences passées et tâche d’instruire les différences que celles-ci pourraient déployer dans l’à-venir.