Date de l'actualité
2017-02-23 11:15
Partager

LUISA MORETTO

Questions-réponses à propos de l'encadrement des doctorants

Luisa Moretto est chargée de cours à la Faculté d'Architecture La Cambre Horta. Elle a participé au séminaire relatif à l'encadrement des doctorants dans le courant de l'année académique 2015-2016. Celui-ci était animé par J.F.M. Sonneveld, directeur du Netherlands Centre for Graduate and Research Schools. Luisa Moretto répond aujourd'hui à nos questions et revient sur l'intérêt qu'a représenté pour elle ce séminaire.
 

Que vous a apporté ce séminaire ?

En premier lieu, ce séminaire m'a aidée à comprendre à quel point encadrer une thèse est complexe. Au-delà du simple travail de relecture, le promoteur se doit d'assurer un réel suivi, d'être un réel coach et il est important qu'il en soit conscient. En deuxième lieu, il m'a permis de mieux appréhender le point de vue des doctorants. Tous les promoteurs ont bien sûr fait un doctorat, mais certains aspects de la vie de doctorant peuvent être oubliés ou différents de notre vécu. J'ai donc pu m'interroger à nouveau sur les attentes des doctorants, sur les problématiques qu'ils rencontrent et sur leurs besoins.

Quels sont les trois points que vous avez retenus de ce séminaire et que vous avez pu mettre en pratique dans le cadre de vos activités ?

Suite à cette formation, je mets régulièrement en application la Road Map of Transparency. Il s'agit d'un document de trois pages qui récapitule les points que promoteurs et doctorants devraient éclaircir ensemble : éthique, plagiat, planning d'activités, formations à suivre, etc. De plus, notre centre de recherche Habiter a commencé à organiser une fois par mois le Journal club. Il s'agit d'une réunion d'une heure au cours de laquelle une personne affiliée au centre propose une discussion autour d'un article. Cela intéresse beaucoup les doctorants car, en plus d'être un apprentissage à la lecture scientifique, il y a beaucoup de contenu et que celui-ci est abordé en dehors de tout côté administratif. Enfin, nous avons abordé la thématique du nombre de doctorants maximal que devrait accepter un promoteur. Je me suis rendu compte en avoir plus que conseillé, et j'apprends depuis à refuser d'encadrer certaines thèses pour favoriser le qualitatif au quantitatif.