Message d'état

jeu 01 Février  201
Date de l'événement
mar 09 Janvier 201 > jeu 01 Février 201
Organisateur
Centre de recherche clara
Lieu
Faculté d’Architecture La Cambre Horta
Belgique
Partager

Appel à communication

La recherche en architecture aux prises avec la construction du réel

Le séminaire doctoral conjoint à l’ENSAP Bordeaux (laboratoire de recherche PAVE) et la Faculté d’Architecture La Cambre Horta ULB portera sur la question des référentiels que croisent les doctorants en architecture et sur lesquels ils développent une pensée critique et réflexive.

La notion de référentiel (Pierre Muller 2003) est entendue ici comme un ensemble cohérent de représentations articulant et coordonnant une politique et générant des dispositifs la concrétisant et la stabilisant. Le référentiel à la fois décode le réel selon une grille de lecture spécifique, en en cachant dès lors d’autres versions, et en opère le recodage en définissant des dispositifs d’action concrets et opérationnels. Pour Muller encore le référentiel se construit au travers d’un jeu d’acteurs qui sont dans des rapports de force inégaux et dont les plus puissants arrivent à imposer leur vision du monde et leur mise en acte au travers de dispositifs. Les référentiels n’ont donc pas qu’un effet discursif ; en imposant une lecture du monde ils le travaillent et tendent de le transformer. Ils ont une visée performative. Ce qui n’empêche pas à des résistances de s’organiser, d’en proposer une vision alternative et de s’affirmer contre contre-pouvoir. A celles-ci aussi le séminaire propose de s’intéresser. Enfin il est encore intéressant de se pencher sur l’histoire de ces référentiels et à leurs interactions : lequel succède à l’autre ? Comment cohabitent-ils ? Par quel mystère et par quelle alchimie ?

Si Pierre Muller, politologue, fait de l’action publique le lieu où se nichent les référentiels tels la mixité sociale, la participation, l’innovation sociale, la résilience locale, la durabilité, le développement… le concept peut s’étendre aux manières dont l’architecture comme l’urbanisme et le paysagisme se disent et se conçoivent au sein même des écoles et dans les pratiques professionnelles. Pensons à des termes aussi variés que le projet, la recherche by design, le diagramme, le passif, les métaphores biologisantes (métabolisme urbain) qui irriguent les enseignements et les pratiques avant de céder, un jour, la place à d’autres référentiels.

Le séminaire doctoral propose donc aux doctorants d’explorer les référentiels qui peuplent leur terrain et d’opérer un retour réflexif et critique sur leur présence, sur l’émergence de nouveaux référentiels, sur les acteurs qui les portent, les combattent ou les ignorent, sur les modes de représentation qu’il empruntent et qui les détournent d’autres, sur leur degré d’imprégnation non seulement dans l’action publique, dans la fabrication des espaces et des territoires mais aussi dans les recherches et les enseignements en architecture, en urbanisme et en paysagisme. Plus spécifiquement il est aussi intéressant d’étudier ce que ces référentiels font aux métiers mêmes de l’architecture : comment ils mettent au goût du jour certaines pratiques, en délégitiment d’autres, comment certains acteurs du champ architectural s’en emparent, accroissent par la même leur pouvoir au détriment d’autres.

Modalités concrètes

- Le séminaire aura lieu les 6 et 7 mars 2018 à la Faculté d’Architecture la Cambre Horta de l’ULB.

Il s’articulera autour de deux temps forts : la présentation de recherches durant les 3 premières demi-journées et une visite de terrains de recherche bruxellois.

- Un abstract de la communication (3 000 signes, espaces inclus) devra être envoyé au plus tard le 1er février 2018 soit, pour ce qui concerne les propositions de ENSAP Bordeaux à Juan Kent Fitzsimons, kent.fitzsimons@bordeaux.archi.fr, soit, pour ce qui concerne les abstracts provenant de la Faculté d’architecture la Cambre-Horta ULB à Christine Schaut, christine.schaut@ulb.ac.be

La réponse d’acceptation ou de refus sera envoyée le 8 février au plus tard.

La sélection des abstracts est effectuée par les membres du comité scientifique de chacun des deux établissements. L'évaluation des propositions porte sur leur qualité intrinsèque (originalité du sujet, intérêt scientifique de la proposition, etc.) mais aussi sur sa place dans l'économie générale du séminaire.

- Concernant les chercheurs de l’ULB, des propositions de visites de terrain sont également les bienvenues. C’est une autre manière de présenter sa recherche. Un  bref descriptif du terrain et de la question de recherche doit être envoyé à la même date à Christine Schaut, christine.schaut@ulb.ac.be.

Comité scientifique

- Jean-Didier Bergilez, chargé de cours, Faculté d'architecture, Université Libre de Bruxelles, membre du laboratoire Sasha.

- Juan Kent Fitzsimons, architecte, maître de conférences à l’ENSAP Bordeaux, directeur du laboratoire de recherche PAVE.

- Patrice Godier, sociologue, maître de conférences, membre du laboratoire de recherche PAVE.

- Michaël Ghyoot, chargé de cours, Faculté d'architecture, Université Libre de Bruxelles, membre du laboratoire Sasha.

- Ludivine Damay, chargée de cours, Faculté d'architecture, Université Libre de Bruxelles, membre du laboratoire Sasha.

- Christine Schaut, chargée de cours, Faculté d'architecture, Université Libre de Bruxelles, coordinatrice du laboratoire Sasha.

- Guy Tapie, sociologue, professeur, laboratoire de recherche PAVE.