Date de l'actualité
2018-12-10 09:45
Partager

L’habitat léger ouvre ses portes aux plus démunis

MIS EN LIGNE LE 5/12/2018 À 17:00 PAR P.LE - Le Soir Plus
Home for Less: Aux casernes, à Ixelles 
 
Deux ans déjà que les étudiants d’architecture (ULB) ont décidé de plancher sur le logement en kit. Alors que les prototypes font aujourd’hui l’objet des derniers tests, le projet Home for Less s’apprête à entrer dans la phase pratique grâce à la subvention régionale obtenue dans le cadre de l’appel à candidature régional lancé par la ministre du Logement Céline Fremault (lire par ailleurs). « Le projet a démarré en janvier 2017, rappelle Apolline Vranken. Il s’agissait d’un partenariat avec la faculté d’architecture La Cambre Horta, l’ASBL Communa, l’Armée du Salut et l’association l’Ilot pour laquelle je travaille et qui est un peu le maître d’ouvrage puisque nous passons la commande ».
 
Quatre premiers modules ont ainsi été imaginés dès la première année. « Nous les avons retravaillés en 2018 avec les mêmes partenaires afin de les améliorer. On les a démontés puis remontés pour analyser les forces et les faiblesses du système ».
 
Les performances acoustiques et architecturales ont été optimisées. « Là, nous entamons la troisième année avec de nouveaux partenaires. La faculté d’architecture a terminé son boulot et nous avons fait appel à des corps de métiers », poursuit Apolline Vranken. L’Îlot s’est ainsi associé avec le CDR, le Centre de formation professionnelle dans le secteur de la construction. Mais aussi avec le collectif Baya qui va se charger de la gestion du chantier de construction. Les étudiants du CDR se chargeant notamment du raccordement en eau et en électricité.
 
« Un signal politique fort »
 
Et après la théorie, place à la concrétisation. « Nous étions à la recherche de lieux afin de mettre les premières personnes en logement et, la bonne nouvelle, c’est que nous avons trouvé deux endroits ». La première réalisation verra le jour du côté d’Anderlecht où deux modules seront érigés via l’association Communa, spécialisée dans l’occupation temporaire de bâtiments vides. « Par ailleurs, notre candidature a également été retenue pour occuper les casernes à Ixelles dans le cadre du projet Usquare, et là, nous allons implanter quatre modules ». Chacun occupé individuellement. « Il s’agit de studios une personne ».
 
Une fois logés, les habitants bénéficieront aussi d’un suivi. Un accompagnement individualisé mais pas seulement. Au programme, une aide administrative mais aussi un soutien pour favoriser l’entente au sein des espaces communautaires. « Avec, par exemple, la rédaction d’une charte de vie en communauté ».
 
Quant au timing : « Il est encore difficile de s’avancer car nous dépendons, par exemple, des demandes de permis aux casernes mais on aimerait commencer la mise en logement au plus tard en juin 2019. Pour nous, c’est évidemment au plus vite au mieux car l’urgence est là ». La subvention régionale est en tout cas tombée à pic. « Politiquement, c’est un signal assez fort, tout comme le fait de nous ouvrir la porte aux casernes et financièrement, ce budget est vraiment vital pour la continuité du projet Home for Less ».