Terrains d'architecture

Thématique de l’atelier

L’atelier se présente en lien avec le centre de recherche HABITER, et l’option ADP (Architecture-Développement-Patrimoine). On y met l’accent sur le lien entre l’architecture et le patrimoine entendu comme « accroche ».

La thématique autour de laquelle se structure l’atelier est celle de l’architecture comme processus de transformation.

L’atelier n’est proposé cette année qu’au second quadrimestre, mais se présente en continuité avec une réflexion projectuelle entamée en atelier en automne 2016, et un travail de séminaire proposé aux étudiants dans le cadre de l’option ADP au premier quadrimestre de cette année académique. Le travail portera sur la question de la place des morts dans l’espace urbain (voir pdf). L’atelier favorise également le développement de projets « off », sur dossier (projet proposé par l’étudiant.e, en lien au TFE - concerne donc uniquement les étudiants de MA).

Objectifs du cours

Le cours d’atelier de projet d’architecture vise, dans le cadre de l’atelier Terrains d’architecture, à l’acquisition par les étudiants des moyens de l’architecte (principalement : le dessin, la capacité de penser l’espace, la «synthèse architecturale»), mais au-delà, à offrir aux étudiants un lieu où penser leur rôle – d’étudiant en architecture et de futur architecte. L’accent est mis sur la dimension collective de production de l’architecture, que ce soit au sein de l’atelier (le travail de groupe et la co-production sont favorisés) ou dans le rapport à la commande (prise en compte de la dimension collective de l’acte architectural). Les compétences visées sont dès lors, outre celles de la conception architecturale (dimensionnement, capacité de travail aux différentes échelles du projet, maniement des éléments programmatiques, dessin, maquette, maniement des références architecturales,…), celles liées à la compréhension et à la prise en compte de la spécificité des situations: le projet est « situé » dans le temps et l’espace (il s’inscrit dans un processus, dans un contexte culturel précis, porté par des acteurs spécifiques), et les différents acteurs de ce processus sont « situés » - ils ont leur bagage, leurs attentes, leur « expertise ».

Compétences visées

Conception et pratique du projet d’architecture (voir fiches de cours spécifiques)

Méthodologie

La répartition uniforme des étudiants des différentes années au sein de l’atelier est souhaitée / n’est pas une priorité.

L’atelier propose une pratique de travail collectif.

Les activités d'apprentissage sont de deux types :

1. Atelier (pratique du projet d'architecture)

2. Cours et travaux pratiques

Voyage d’études (semaine 27)

Un voyage d’études de quelques jours sera organisé autour de la thématique développée en atelier. Le voyage n’est pas obligatoire ; l’inscription se fera dès le début du quadrimestre, afin de permettre de réduire les coûts (réservations, etc). Le budget devrait tourner autour de 300 euros. Les destinations envisagées sont : Stockholm (cimetière et chapelle de Asplund) ; Venise (cimetières de Brion (Carlo Scarpa), et San Michele - intervention de Chipperfield) ; Bretagne (circuit des ossuaires bretons, Le Perret au Havre…) ; Rome (cimetière non catholique de Testaccio ; via Appia antica ; catacombes ; basilica di San Clemente ; Ostia…) ; Roquebrune Cap-Martin (tombe de Le Corbusier, cabanon,…)…(liste non exhaustive)

Références, bibliographie et lectures recommandées

Voir fiches de cours

BRUNFAUT V., TERLINDEN B., VELLA G., (Dir.) Dossier thématique « Mosquées bruxelloises en projet », CLARA Architecture Recherche, Editions Mardaga, Bruxelles – Faculté d’Architecture de l’ULB, mars 2014, N°2, pp. 11-135

VELLA G., BRUNFAUT V., “Apprendre en situation de transmission”, CLARA Architecture Recherche, Editions Mardaga, Bruxelles – Faculté d’Architecture de l’ULB, mars 2015, N°3, pp.31-42

Critères d’évaluation

L'évaluation se fait principalement sur la base de présentation de documents graphiques et maquettes, lors de jurys ouverts ou non à des personnes extérieures à l'atelier. Une partie de l'évaluation, de type continue, porte sur l'implication de l'étudiant(e) dans les activités collectives, et sur sa capacité à intégrer les critiques. L'atelier favorise l'autonomie des étudiant(e)s, et leur capacité au travail collectif. Le travail collectif impliquant des étudiants de niveaux différents (principe de l'atelier dit "vertical"), l'évaluation de chaque étudiant intègrera les compétences spécifiques à son niveau d'étude.

Construction de la cote

Pondération des différentes activités : 50% en évaluation continue (activités développées en atelier), 50% au jury final